[Total : 4    Moyenne : 3.3/5]

Le sureau noir bio antioxydant naturel puissant.

Par contre, nombreuses sont les traditions anciennes qui refont surface depuis quelques décennies en Amérique du nord. Avec la Wicca (de souche européenne) et le Chamanisme (de souche autochtone) en tête de file, la rencontre avec l’esprit des plantes et leurs vertus magiques relève de moins en moins du mythe et nous rejoint de façon plus concrète tous les jours.

Mère-Sureau
Elle protège l’arbre et hante quiconque en coupe les branches. Toutefois, avec l’herboriste l’approchant avec grand respect et sans avidité, elle partage ses denrées médicinales :

On dit parfois que cette entité est la femme de Pan, dieu des forêts et des animaux. D’ailleurs, le sureau serait l’arbre de guérison préféré de Pan, ce qui en fait une panacée. C’est la Mère-Sureau qui garde l’accès aux propriétés magiques de l’arbre. Ces propriété ne sauraient être utilisées à bon escient sans le consentement de Mère-Sureau. D’ailleurs, on considère comme dangereux d’utiliser le sureau en magie si l’intention n’est pas pure et le cœur noble. Selon plusieurs, les gens qui s’avancent dans ce domaine sans trop savoir ce qu’ils font pourraient regretter d’avoir utilisé le sureau.
Une vieille prière à Mère-Sureau ressemble à ceci : “Mère-Sureau, je te demande de bien vouloir m’octroyer quelques branches pour me guérir et en échange, lorsque je serai à mon tour un arbre, je partagerai mes vertus avec toi”. Le sureau est aussi très étroitement lié au monde des fées. Dans les Vieux Pays, on dit qu’en se couchant dans un bosquet de sureau la nuit du solstice d’été (avec un cœur pur et après une préparation et un jeûne adéquats, de dire Beyerl), on peut apercevoir le Roi des Fées et tout son entourage.

En rituel

Pour les personnes qui désirent s’aventurer dans ce domaine, on peut brûler les fleurs ou les baies de sureau sur un charbon ardent. Il augmente l’effet des autres plantes ou résines ainsi brûlées et augmente l’effet du rituel de façon générale. Au risque de me répéter, une telle utilisation du sureau mérite que l’on s’attarde aux intentions et aux buts du rituel, avant de commencer, sans quoi les personnes responsables pourraient se sentir tourmentées, désorientées ou des événements troublants pourraient être générés. Le sureau peut aussi être bu dans la coupe rituelle.

Protection

Le sureau jouit d’une grande réputation pour sa capacité de protéger les lieux et les gens. Planté au jardin, il protège la maison de la foudre et ses habitants de la maladie. Accroché aux portes et fenêtres, il protège des forces maléfiques. Il va sans dire que le sureau protège aussi les animaux de ferme : fabriquer des croix à bras égaux avec des branches et les mettre aux quatre coins du bâtiment. Le sureau est porté sur soi pour se protéger des influences négatives et pour contrer un sort jeté sur soi par quelqu’un d’autre.

Bénédiction et consécration

On bénissait jadis les nouveaux mariés avec cet arbre, pour leur chance et leur bonheur. On bénit aussi les nouveau-nés dans un bain de sureau.Pour bénir ou consacrer une personne, un objet ou un lieu, on peut répandre du sureau (que ce soit les feuilles, fleurs ou baies) aux quatre vents en nommant la personne ou la chose, puis répendre du sureau dessus directement.

Passage et équilibre

Les jeunes branches de sureau sont facilement évidées de leur moelle. Cet aspect creux indique une multitude d’usages magiques intéressants. On considère que le sureau est un arbre qui facilite le passage entre les mondes : du mondain au magique, de la vie à la mort… Il a longtemps été utilisé pour les feux de crémation des morts et parfois, ion insérait une branche dans le cercueil du défunt pour le guider et le protéger. Le sureau est l’arbre de la Treizième Lune, la lune de Samhain (1er novembre), celle qui fait le pont entre la fin et le commencement. On suggère aussi que le sureau unit les opposés et les porte en équilibre, dans une tension dynamique très puissante. Ainsi sont réconciliés, à l’aide du sureau, le jour et la nuit, le doux et le dur, le féminin et le masculin… Le sureau est le gardien des initiations, des intentions et des engagements.

Correspondances

Le sureau est dédié à la planète Vénus et à la constellation du Poisson. Il est aussi dédié aux Déesses Vénus et Holda. Il est associé à l’arcane majeur de la Lune dans le tarot traditionnel. On associe le sureau à la rune de Raido, celle du cheminement et du voyage chamanique.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Le sureau noir bio antioxydant naturel puissant (Sambucus nigra) est un arbuste fruitier caducifolié à croissance rapide qui peut atteindre la taille d’un arbre (jusqu’à 6 voire 10 mètres).

Le tronc est souvent tortueux, très courbé. Ses branches surplombent beaucoup le sol, sont creuses et contiennent une moelle blanche. Elles sont sont tellement tortueuses qu’il n’est pas rare qu’elles cassent. Si le sureau est partiellement à l’ombre, il se développera plus du côté au soleil.
En hiver, le sureau noir est nu.

Feuilles

Les feuilles sont opposées, composées, imparipennées. Leur bord est lisse, légèrement denté en scie.
Elles mesurent entre 10 et 35 cm de long et possèdent 5 folioles de taille semblable qui mesurent jusqu’à 6 cm de long pour 3,5 cm de largeur. Ces folioles sont pointues et dégagent une odeur particulière quant on les froisse. Leur dessus est vert mat, le dessous est plus clair et en général sans aspérités. Les bases des feuilles possèdent des glandes à nectar sur de petits appendices pointus.

Écorce
L’écorce est grise au motif réticulé.

Fleurs
Le sureau est hermaphrodite et monozygote. Il est allogame et se fait polliniser par des insectes. Ses petites fleurs (étamines et pétales) sont de couleur blanc crème et sont rassemblées en ombelles plates de 10 à 15 cm de diamètre (voire 35 cm), qui comportent 5 faisceaux. Elles fleurissent vers mai-juin et sentent très fort.

Fruits
Les petits fruits ronds sont d’abord verts, puis deviennent noir luisant à maturité vers août-septembre. Ils sont alors de la taille d’un pois (5 à 7 mm). Ils contiennent trois pépins et sont très juteux. Les fruits sont composés à 95% de pulpe. Dans la nature, les arbres peuvent porter des fruits acides ou sucrés selon les endroits.

Habitat

Le sureau préfère les bois et les bosquets aux espèces variées. On le trouve plus rarement en sous-bois. Comme il a peu d’exigence, c’est un arbuste pionnier.

Importance écologique

La valeur écologique du sureau noir est très appréciable :
après le sorbier des oiseleurs, c’est le plus important des arbustes européens porteurs de fruits. 62 espèces d’oiseaux et 8 espèces de mammifères consomment ses fruits. Les feuilles sont quant à elles visitées par de nombreux insectes. Les fleurs constituent au printemps une source importante de nourriture pour les abeilles.
Sa forme en couronne, massive et épaisse, permet à de nombreuses espèces d’oiseaux de nicher et de se cacher.
Sa litière aisément dégradable profite aux organismes du sol, lui retourne les nutriments retirés et permet une strate herbacée variée. Les racines profondes stabilisent le sol, l’ameublissent et participent à la régulation de l’eau

Mode de culture

Le sureau est une plante très rustique. On peut réaliser des bouture dans l’eau.

Maladies

Ce sont surtout des viroses qui touche le sureau :
virus des taches en anneaux du framboisier
réticulaire jaune

Historique

Le sureau noir était déjà connu des Grecs au 5e et 4e siècle de notre ère pour ses qualités diurétiques, laxatives et gynécologiques. Dioskurides recommandait de cuire la racine de sureau dans du vin pour les assoifés et contre les morsures de serpent, de cuire les feuilles contre la morve et la bile et de prendre les feuilles fraiches comme cataplasme contre les inflammations. Pline conseillait pratiquement la même chose, mais ajoutait que la rougeole disparaissait, si l’on fouettait les parties du corps touchées avec des rameaux de sureau noir. Ces applications se sont conservées dans la médecine populaire jusqu’à l’époque contemporaine. Les Germains utilisaient le jus de sureau pour colorer leurs visages et les représentations de leurs dieux. Au Moyen-Âge, le sureau noir est fort documenté. Albertus Magnus prétend que l’écorce intérieure serait vomitive si on la grattait du bas vers le haut, et laxative dans le cas inverse. Cette croyance se retrouve encore de nos jours chez les Allemands, les Roumains et les Russes. Ces derniers apprécient fort l’effet sudorifère du sureau. L’huile fabriquée à partir des fleurs de sureau était connue pour soigner les maladies cutanées, assouplir le corps et combattre les crampes. On appliquait cette huile pour soulager de la goutte, des piqûres d’abeille ou de guêpe, de la toux et de la tuberculose.

Toxicité
Attention
le sureau, comme beaucoup de plantes consommées par l’homme, n’est pas toxique à faible dose. Il convient néanmoins de ne pas ingérer frais les feuilles, l’écorce fraiche et les fruits encore verts. Les fruits noirs consommés crus en trop grande quantité sont purgatifs et vomitifs. Cette toxicité est valable pour les perroquets et les mammifères, dont l’homme.
Après la cuisson, les substances toxiques présentes (samunigrine et glycosides) sont détruites. Le jus de sureau doit d’abord être cuit. La fermentation permet d’arriver au même résultat.
Les fleurs sont utilisées pour en faire du vin, du sirop, des tourtes ou des beignets. On peut également les incorporer aux pâtes à crêpes, pains etc.
Les fruits servent à confectionner des jus, des sirops, des confitures, des gelées ainsi qu’une eau de vie.

Bois

Le bois de sureau est très apprécié aussi bien pour les meubles, que pour la construction ou pour les clôtures. Il sert en outre à fabriquer des sifflets, des flûtes et toutes sortes d’objets creux.
La partie utile peut atteindre 5m maximum pour 30 cm de diamètre.
couleur : du jaunâtre au gris foncé. L’éclisse est blanche à jaune clair.
caractéristiques : les anneaux sont visibles et montrent une structure grossièrement ondulée. Les fissures capillaires sont visible en section longitudinale.
propriétés : le bois est relativement serré, moyennement lourd, dur mais se laissant tout de même facilement fendre.
résistance : le bois est peu résistant aux insectes et très peu résistant aux champignons.
Ce bois sèche difficilement et forme souvent des fissures. Il a de plus tendance à pourrir s’il n’est pas bien entreposé, ce qui indique de l’instabilité ainsi qu’une tendance à se décomposer.

Utilisation

Le faible diamètre et les propriétés physiques du bois de sureau ne le destine pas à la construction traditionnelle. Les formes du tronc et des branches porteuses sont de plus irrégulières. Il n’est pas étonnant que le bois de ce grand arbuste soit plutôt emplyoé dans l’artisanat et pour les flutes et les pipes. La plupart du temps il est néanmoins destiné à être brulé, à moins qu’il ne soit laissé à l’abandon dans la forêt. Le moelle était utilisée auparavant comme remplacement du liège dans certaines régions.

Commerce

Ce sont surtout les propriétés médicinales du sureau noir qui conduisirent à sa culture. Grâce aux banissements progressifs des produits chimiques dans l’industrie agro-alimentaire, le sureau retrouve sa place. Le colorant naturel des fruits, le sambucyanine, prend ainsi de plus en plus d’importance.
Le jus de sureau a connu un tel succès que de grandes plantations de sureau ont eu lieu, surtout en Allemagne, en Autriche, en Suisse et au Danemark.
Vu l’évolution structurelle de l’agriculture et les nouvelles tecnhiques de culture et de récolte, le sureau noir pourrait devenir une niche commerciale intéressante. Les consommateurs reprennent goût aux baies sauvages, car elles leur permettent de tisser des liens avec la nature.
En Europe de l’Est et en Asie occidentale, des cueillettes sauvages permettent de collecter les matériaux à usage médical. Le sureau noir est cultivé en Hongrie à cet effet.
La rusticité du sureau noir permet une bonne régularité des récoltes.

Cuisine

Les fruits sont utilisées comme colorant naturel, notamment pour les boissons et aliments.

Boissons

rafraichissant : tisane de fleurs ou boissons
Le sirop de sureau fait à base de fleurs macérées et de sucre est une boisson populaire notamment dans les pays scandinaves et dans le monde germanophone. Du citron peut y être ajouté. Des sirops de ce type sont même commercialisés en Grande-Bretagne. Attention toutefois d’enlever les pédoncules des fleurs avant de les utiliser, car ils sont toxiques[1] Le rob (concentré du jus des baies de sureau) est reconnu pour ses propriétés diaphorétiques, idéal donc pour soigner grippe, bronchite et autres toux rebelles.
En Allemagne, le (deu) Holunderbowle est très apprécié au même titre que le jus de sureau. Dans le nord de l’Allemagne, on en fait aussi une soupe.
En France, on en fait aussi un excellent vin.[1].
En Italie, le sureau noir n’a rien à voir avec la liqueur à base d’anis (ita)Sambuca.<br< En Suisse, le sureau noir est distillé pour en faire du schnaps.

Condiment

Les boutons conservés dans le vinaigre peuvent accommoder des salades.

Desserts et confitures

Ses fruits noirs sont comestibles en gelée et en confiture.
Les fleurs se cuisent en beignets cuits au beurre.

Les baies parfument les gâteaux aux pommes et sont consommés en gelée et en confiture.

Élevage

Au poulailler, le sureau noir éloigne les poux et autre vermine. Il permet aussi d’éloigner les campagnols et les mulots si l’on introduit des feuilles de sureau dans les entrées de terriers.

Sureau noir bio la plante aux milles usages

Sureau noir bio la plante aux milles usages

Jardinage écologique

Au jardin, les feuilles de sureau accélèrent la décomposition du compost. le purin de feuilles de sureau noir est également utile en jardinage biologique pour combattre mildiou et pucerons. Ce purin aurait également le pouvoir de repousser les rongeurs (souris, mulots et campagnols). Pour ce faire, il suffit de laisser macérer 1 kg de feuilles pendant quelques jours, dans 10 l d’eau, et de le pulvériser dans son jardin. La décoction sert en outre comme répulsif à insectes.
Les feuilles fraiches de sureau sont introduites dans les terriers par les jardiniers pour éloigner les rongeurs.

Jeu

Les branches sont utilisées pour fabriquer arc et flèches. En enlevant la moelle, on peut en faire des pipeaux ou des sarbacanes. Les fruits verts sont alors utilisés, mais attention, ça tâche quand même !

Protection de la nature

Le sureau noir permet aux oiseaux de se cacher et de nicher. Ses baies sont de plus très appréciées. Plutôt que d’acheter des graines pour l’hiver, plantez plutôt un sureau noir et n’en récoltez pas les fruits.

Santé

Les feuilles fraîches sont très riches en acide cyanhydrique, elles peuvent être utilisées en cataplasme.
Les fleurs contiennent des anthocyanes, des flavonoïdes, du mucilage, des tanins et une petite quantité d’huile essentielle très aromatique. Les fruits contiennent les mêmes flavonoïdes, des vitamines A, B et C

Répulsif

Pour éloigner les mouches, il suffit de suspendre des rameaux frais de sureau.
Voir aussi Élevage et Jardinage.

Teinture

Étoffes et cuir

Sur des étoffes ou du cuir, le jus des baies noires donne selon la force de l’acide ajouté des tons rouges, noirs ou bleus.
L’écorce teint en noir profond, les feuilles couleur mousse.

Cheveux

Dans l’Empire romain, les dames de l’aristocratie se teignaient les cheveux avec du jus de sureau. Il permet dans le même temps de renforcer et de soigner les cheveux. Cette coloration est plus ou moins tenace selon le nombre de lavages et le temps de pose de la couleur.

Urbanisme et paysagisme

Mené en arbre, le sureau trouve toute sa place dans les avenues.
À la campagne, il est particulièrement adapté aux villages et aux jardins paysans, ainsi qu’aux clairières, aux lisières de bois ou en rase campagne.
Il est particulièrement intéressant pour structurer le paysage, car il est très résistant, aussi bien à l’ombre qu’aux sols acides ou basiques et se régénère très vite.
Ses grosses ombelles de fleurs marquent le paysage au printemps et au début de l’été.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Le sureau noir bio antioxydant naturel puissant: présentation et usages

Le sureau noir bio est un arbre apprécié pour ses fruits et pour ses nombreuses vertus thérapeutiques. Nous vous proposons de découvrir les caractéristiques et les usages de cet arbre.

Présentation du sureau noir

Le sureau noir ou Sambucus nigra est un arbuste de la famille des Caprifoliacées.

Cet arbre à croissance rapide est présent en Europe, en Asie de l’Ouest et en Afrique du Nord, sauf dans les régions montagneuses. Il peut vivre plus de 100 ans.

Il se développe dans les forêts de feuillus, mais aussi sur les décombres où les oiseaux déposent les graines de sureau. C’est une espèce qui a besoin de soleil ou de demi-ombre pour vivre : on le trouve donc plus facilement en lisière de bois, dans les haies et sur les berges des cours d’eau.

A noter : cet arbre s’accommode de tout type de sol bien drainé, même calcaire, et apprécie un emplacement ensoleillé ; il supporte le froid jusqu’à -29° (zone 5).

Le sureau noir bio

Le sureau noir bio

Description du sureau noir bio

Le sureau noir est un petit arbre de 2 à 10 mètres de haut, à branches souvent courbées.
Son écorce est vert-grise et fissurée. Autre particularité : ses branches sont creuses, ce qui en fait un refuge de prédilection pour de nombreux insectes.

Ses feuilles, caduques, sont opposées et composées de 5 à 7 folioles. Elles sont régulièrement dentelées et un peu plus velues sur les nervures. Elles dégagent une odeur âcre et nauséabonde lorsqu’on les froisse.

Les fleurs hermaphrodites apparaissant en début d’été, après les feuilles (en mai juin). Ces petites fleurs blanches très parfumées sont regroupées en ombelles planes régulières.

Les fruits sont de petites drupes noires violacées disposées en grappes. Ces baies noires, qui arrivent à maturité fin août, peuvent être utilisées en cuisine.

A noter : les fleurs de sureau attirent de nombreux insectes butineurs (abeilles, mouches, papillons) tandis que ses baies font le régal des oiseaux (fauvettes des jardins, merles, grives, rouges-gorges et passereaux…).

Il ne faut pas confondre le sureau noir avec le sureau hièble qui lui ressemble beaucoup. Le sureau hièble ne dépasse pas 1,80 m de haut, fleurit plus tardivement (de juillet à août) et tourne ses fruits vers le haut alors que le sureau noir les tourne vers le sol.

Les usages du sureau

Les baies du sureau noir sont utilisées pour confectionner du vin de sureau, de la liqueur, des sirops, des gelées et des confitures.
Elles sont comestibles cuites, mais doivent être évitées crues car elles sont légèrement toxiques (elles peuvent provoquer nausées et vomissements).
Ces baies, qui tachent les vêtements, sont aussi utilisées comme colorant alimentaire naturel.

Les fleurs et les baies du sureau biologique ont aussi un usage médicinal pour soigner le rhume et la bronchite. Elles sont reconnues pour leurs propriétés diaphorétiques (favorisant la sudation) et expectorantes.

Le bois tendre et creux du sureau servait autrefois à fabriquer des flûtes et des sifflets. C’est à cette particularité que cet arbre doit son nom botanique Sambucus nigra (du grec sambuke : “flûte”).

A noter : dans la tradition celtique, le sureau est l’arbre des morts ; les druides confectionnaient avec son bois les flûtes qui leur servaient à converser avec les âmes des défunts.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Sureau noir bio antioxydant naturel puissant Sambucus nigra L ; Caprifoliaceae Sambuc, Arbre de Judas, Aoussier

Occitan : lo seu, lo soec GB : Elder, Judas-tree D : Holunder, Flieder

Connaître : Le Sureau bio est le digne compagnon de la fabuleuse ortie bio. Comme elle, ce petit arbre (2 à 10 mètres de haut) à feuilles caduques affectionne les terres riches en azote du voisinage de l’homme. Il est le premier arbre dont les bourgeons éclosent, avant même le printemps, défiant souvent le gel et la neige.

Ses branches à l’écorce crevassée claire sont creuses, remplies d’une moelle blanchâtre très tendre. Sa ramure offre un site de nidification à de nombreux passereaux, ainsi qu’un formidable espace de jeux et de découverte à des générations « d’indiens en culotte courte ».

Les feuilles sont grandes (20 à 25 cm de longueur), composées de cinq à sept folioles ovales pointus et dentés, au parfum assez désagréable.

Les fleurs, blanc crème, s’épanouissent en mai juin, en ombelles grandes (jusqu’à 20 cm de diamètre) et odorantes (parfum capiteux un peu musqué).

Fleurs de sureau noir biologique

Fleurs de sureau noir biologique

Cueillir :

C’est exclusivement du Sureau noir bio dont il est question ici pour la cueillette. Les feuilles se récoltent à la main avant la floraison. On peut facilement ramasser 3 kg par heure. Le séchage est aisé (le rapport frais/sec est de 4/1).

On cueille les fleurs en juin, de préférence avant que les étamines ne lâchent leur pollen abondant en nuage jaune. Après séchage, elles seront de meilleure qualité, d’un beau blanc crémeux, et vous éviterez certainement un « bon rhume des foins » ! Plutôt que de prélever l’ombelle entière, vous pouvez pincer juste sous les fleurs pour ne garder que les ombellules et laisser les plus gros pédoncules sur l’arbre. Vous obtiendrez ainsi une récolte qui séchera plus facilement, et qui sera aussi plus facile à utiliser en petites pincées. Avec un peu d’habitude vous ramasserez facilement 6 kg par heure (soit 1,5 kg sec). Ne ramassez surtout pas les fleurs humides, elles bruniraient au séchage et perdraient ainsi beaucoup de leurs qualités.

Les fruits se récoltent à maturité, début septembre, de la même manière que les fleurs. On ramasse aisément 30 kg par heure.

Utiliser :

Omniprésent comme sa compagne l’ortie près des habitations, le Sureau bio a trouvé depuis des temps immémoriaux de très nombreux emplois en cuisine, médecine, artisanat, magie, jeux…

Les fleurs sont le remède populaire des états grippaux et infectieux. Et pour cause ! Sudorifiques et fébrifuges, elles stimulent le système immunitaire. Elles sont également émollientes ; c’est pourquoi elles ont souvent été utilisées dans les campagnes en compresses imbibées d’infusion pour faire mûrir les abcès et les panaris.

En cuisine, ces mêmes fleurs ont parfois été appelées « vanille du pauvre » en raison de leur parfum de muscat. On en fait de délicieux beignets, en les trempant tout simplement dans la pâte comme les fleurs d’acacia (Robinia pseudacacia L.) ou de courgettes (Cucurbita melo L.). Elles servent à parfumer desserts, liqueurs, vins, sirops ou limonades. Crues, elles agrémentent salades et plats sucrés.

Les feuilles ont été utilisées comme analgésique, purgatif et laxatif. Cependant, leur odeur un peu nauséabonde a limité leur emploi, sinon en usage externe. Leur suc stoppe les petits saignements, il soulage les brûlures de l’ortie et les douleurs hémorroïdaires.

Elles teignent la laine et le coton en jaune (assez solide), avec 200 grammes de feuilles fraîches pour 100 grammes de fibre. Enfin, leur macération prolongée (2 à 3 semaines) dans de l’eau constitue un répulsif efficace à verser dans les galeries des campagnols (également répulsif pour les narines sensibles !).

Les fruits crus sont laxatifs. Diurétiques, très riches en vitamine C et A, ils sont consommés en Europe depuis la préhistoire (Delluc, Roques). (photo 56) Ils sont délicieux en confiture ou gelée (mélangés à la mûre à 50/50). Leur jus a servi à colorer le vin (en particulier le Porto). En Angleterre, elles étaient mises à fermenter pour fabriquer un vin très populaire (Bois). Leur jus teint la laine et le coton en violet lilas et donne brillance et reflets aux chevelures brunes.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Description: de sureau noir bio antioxydant naturel puissant.

Le sureau noir bio est un arbuste très commun qui mesure de 5 à 10 mètres de haut et peut vivre 100 ans. Les feuilles opposées, composées, imparipennées se composent de 5 à 7 folioles ovales. Les inflorescences sont en larges corymbes. Les fruits mûrs sont des baies globuleuses, arrondies de 3 à 6 mm de diamètre et gorgées de jus violet foncé. Les grappes de fruits sont tournées vers le bas (afin de le différencier du sureau hièble, toxique).

On le rencontre le long des chemins et en lisière des bois. Il a besoin de soleil ou de demi-ombre.

Ses fleurs blanchâtres fleurissent de juin à juillet. Elles sont regroupées en ombelles, très odorantes. Les fruits apparaissent à la fin de l’été sous la forme de baies noires.

Le sureau noir biologique aux vertus multiples

Le sureau noir biologique aux vertus multiples

Utilité pour la faune

Les feuilles, parmi les premières à sortir au printemps, sont recherchées par de nombreux insectes, notamment les papillons nocturnes (Sphynx du troène, Eupithécie à trois points, Phalène du Sureau) dont les chenilles s’en nourrissent parfois exclusivement.

Les fleurs attirent quantité d’insectes butineurs, des abeilles, des papillons et des syrphes.

Plus tard dans la saison, les baies noires sont une source de nourriture précieuse à la fin de l’été pour des oiseaux comme la fauvette à tête noire ou la grive musicienne qui s’en gavent avant de partir en migration, lees merles ou les rouges gorges. Les tiges creuses sont utilisées par certains insectes, notamment les abeilles solitaires, qui y pondent leurs œufs. Les tiges servent également de refuge hivernal pour quelques espèces d’insectes qui ne meurent pas en automne.

Le bout des pousses est colonisé par des pucerons ce qui attire les insectes prédateurs comme les coccinelles, les syrphes, les chrysopes, ce qui éliminera lesdites colonies.

Usages alimentaires

Les fleurs sont à la base de multiples usages alimentaires.

Les fruits peuvent être également consommés, cuits, sous forme de sirops, de liqueurs (notre recette combine jus de sureau noir bio et rhum), de confitures ou de gelées.

Attention, les fruits crus sont légèrement toxiques (nausées et diarrhée).

Usages thérapeutiques

Des travaux montrent que le sureau bio est une source importante d’anthocyanines, de puissants pigments pourpres qui semblent avoir des effets bénéfiques sur la santé. Aujourd’hui, la recherche a montré l’efficacité de l’extrait de sureau noir bio dans le traitement de la grippe et s’intéresse à son action sur les systèmes immunitaire et cardiovasculaire ou, encore, à ses effets sur les conséquences du stress.

Nous avons testé, avec succès, son action anti-grippale.

Infusion de fleurs de sureau biologique : infuser 2 c.à.c. de fleurs séchées dans 20 cl d’eau bouillante pendant 10 à 15 minutes. Filtrer. En boire 3 tasses par jour. On peut en améliorer le goût par l’ajout de miel.

Usages en jardinage

Les feuilles de sureau noir peuvent servir à confectionner un purin biologique qui permet de combattre le mildiou, les aleurodes, les altises, les noctuelles, les thrips et les pucerons. Ce purin aurait également le pouvoir de repousser les rongeurs (souris, mulots et campagnols).

La recette est simple : il faut laisser macérer 1 kg de feuilles pendant une semaine dans 10 litres d’eau. Filtrer le purin pour le pulvériser.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le sureau noir bio antioxydant naturel puissant.

Constituants :

fruits / sambunigroside (glucoside cyanogénétique), nitrate de potassium (grande quantité), carotène, acide tannique, acide malique, acide citrique, sambucine (colorant)

Fleurs / huile essentielle, terpène, mucilage, tanin, nitrate de potassium (grande quantité), choline, sambunigroside (glucoside cyanogénétique)

Ecorce / tanin, résine, acide valérianique.

Propriétés :

fruits / baies purgatives, antirhumatismales, laxatives, anti-inflammatoire, analgésique, anti-tussif, antinévralgiques.
fleurs / catarrhes pulmonaires, sudorifique, diurétique, dépuratif, galactogène, bronchite, rougeole, scarlatine, rhumatismes, goutte, antivirales
écorce / diurétique, déchlorurant, antigoutteux, antiépileptique, laxative, hydropisie, rétention d’urine, néphrite aiguë, coliques néphrétiques, rhumatismes.
feuilles / dépuratives, diurétiques.

Limonade de sureau noir bio, Sambucus nigra

Limonade de sureau noir bio, Sambucus nigra

Attention, les baies avant maturité, les feuilles et l’écorce sont toxiques à hautes doses! cela entaîne vomissements, diarrhée sanglante et coliques.

Utilisations : baies pour la constipation et les névralgies ; fleurs pour les rhumes, bronchites, asthme, rhumatisme, fièvre, affections oculaires, affections rénales, cystites, tuberculose, dermatose, furoncle ; écorce pour rhumatisme, goutte, hydropisie, néphrites, lithiase urinaire, rétention de liquide, épilepsie.

Infusion de fleurs / 1 cuillère à soupe pour 1/4 de litre d’eau bouillante. 3 fois par jour en dehors des repas. contre le rhume.

Macération de fleurs : faire macérer toute une nuit 5g de fleurs dans un verre de vin blanc, boire à jeun le matin. Pour éclaircir la voix.

Inhalation de fleurs : contre la grippe. 50g/litre d’eau.

Lotions de fleurs : contre la conjonctivite et les engelures. 50g/litre d’eau.

Conservation des pommes : déposer les pommes sur un lit de fleurs de sureau. Cela change légèrement le goût des pommes.

Vinaigre de Sureau : pendant 10 jours faire macérer 500g de fleurs de sureau séchées dans un demi-litre de vinaigre de vin. boucher hermétiquement. filtrer et conserver.

Décoction d’écorce : faire bouillir deux poignées pour un litre d’eau, réduire de moitié. boire 3 fois par jour. contre la rétention d’urine, néphrite, coliques néphrétiques…

Décoction de feuilles : 6 feuilles coupées en petits morceaux, bouillir pendant 10 minutes dans une tasse d’eau. boire tous les matins à jeun pendant 21 jours. dépuratif.

Limonade de Sureau : 4 corymbes, 200 g de sucre, 2 litres d’eau, 2 jus de citron. mettre au soleil pendant 5/6 jours, recouvert d’un linge puis filtrer et boucher.

Boutons floraux : ils peuvent être mangés en câpres.

Beignets de fleurs de Sureau : pâte légère à base de farine et de bière.

Tarte au fromage blanc et fleurs de Sureau : 360g de fromage blanc fermier, 120g de sucre, 100g de chapelure fine, 4 blanc d’oeufs, 120g de fleurs de Sureau épanouies (3/4 grappes), un fond de tarte. battre le sucre, fromage blanc, blancs d’oeufs et chapelure ensemble, ajouter les fleurs et garnir la pâte. cuire à 180° environ 45 minutes.

cosmétique : les fruits et les fleurs sont astringents, hydratants,adoucissants, exfoliants, purifiants, tonifiants.
L’eau de fleurs de SUreau blanchit la peau et est adoucissante pour les yeux.
Une infusion de fleurs pour les peaux grasses.

Huile au Sureau

Autant de suc de baies que d’huile d’olive, mélanger.

Pour les problèmes de peau, les brûlures superficielles et les rhumatismes.

Vin diurétique au Sureau

10g d’écorce de Sureau
1 litre de vin blanc

laisser macérer deux jours.

Sirop de Sureau

1 kg de baies
Les réchauffer dans une casserole jusqu’à ce qu’elles mollissent.Les presser pour en extraire le jus.

800g de sucre roux ou 600g de miel.
Ajouter au jus et mettre à feu doux 20 minutes. Mettre en bouteilles.
A
boire dans de l’eau. Il peut être utilisé pur pour accompagner des
desserts (glaces, fromage blanc, yaourt, gâteau) se conserve un an.

On peut ajouter des pétales de fleurs de sureau dans la salade.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le Sureau noir bio antioxydant naturel puissant (Sambucus nigra), de la famille des Caprifoliacées, tient son nom du grec sambûke : flûte (ces végétaux servaient souvent à confectionner des instruments de musique). Il est commun partout sauf en montagne (jusqu’à 1600 m) mais assez rare en région méditerranéenne.

Description

Cet arbuste ou petit arbre de 2-10 m peut vivre jusqu’à 100 ans. Il rejette de souche. Il fleurit de juin à juillet, est pollinisé par les insectes. Ces fleurs blanchâtres sont très odorantes. Ces fruits sont des baies noires globuleuses.
C’est une espèce qui a besoin de soleil (on dit qu’elle est héliophile) ou de demi-ombre qui se développe dans les bois frais, les haies, les bords de rivières, les décombres et les lisières forestières.

Utilité pour la faune
Les feuilles, parmi les premières à sortir au printemps, sont recherchées par de nombreux insectes, notamment les papillons nocturnes (Sphynx du troène, Eupithécie à trois points, Phalène du Sureau) dont les chenilles s’en nourrissent parfois exclusivement.

En mai et juin, les fleurs en ombelles attirent quantité de butineurs : abeilles, syrphes, mouches, papillons, cétoines dorées. Ces insectes sont à leur tour dévorés par des oiseaux.

Dès la fin août, les baies noires commencent à mûrir. Les Fauvettes à tête noire et des jardins, les Merles noirs, les grives, les Rougegorges familiers et les Rougequeues noirs en sont très friands. Les passereaux s’en restaurent avant de migrer.

Les tiges creuses sont utilisées par certains insectes (abeilles sauvages) pour le dépôt de leurs pontes et servent de refuge hivernal pour quelques espèces d’insectes qui ne meurent pas en automne (voir la page sur les nichoirs et abris à insectes). Les tiges sont parfois colonisées par un puceron noir, inféodé à cette seule plante et délaissant les autres végétaux du jardin, mais attirant des insectes prédateurs comme les coccinelles, syrphes, chrysopes qui eux s’attaqueront à tous les pucerons du jardin.

Baies de sureau noir biologique

Baies de sureau noir biologique

Usages pour l’homme

Les fruits sont comestibles cuits. Ils étaient utilisés en distillerie et pour la confection de confitures. Ils sont très riches en substances minérales et en vitamines notamment C. Le jus obtenu avec les baies est laxatif. Les fleurs ont des propriétés diurétiques. Elles étaient consommées frites en beignets. La plante est également sudorifique, purgative, vomitive, détersive et résolutive.

Recette de la confiture de sureau bio aux pommes bio

Ingrédients : 1,5 kg de baies de sureau bio, 1,5 kg de pommes bio, 25 cl d’eau, 1 g de sucre, 1 pincée de poivre, ½ cuillerée à café de quatre-épices, 1 citron bio.

Laver et égrappez les baies de sureau. Dans la bassine à confiture, mettez les baies et l’eau et portez à feu vif. Cette opération va faire éclater les baies et leur faire rendre leur jus. Versez et filtrer sur une passoire pour recueillir le jus. Mesurez-en la quantité et comptez 400 g de sucre pour 50 cl de jus.

Epluchez les pommes, coupez-les en petits dés. Pesez-les et comptez 750 g de sucre pour 1 kg de pomme.

Dans la bassine à confiture, mélangez les dés de pomme, le jus de sureau, le sucre et les épices. Faites cuire sur feu vif, en remuant, jusqu’à ce que les pommes soient transparentes. Vérifiez la consistance du sirop, ajoutez le jus de citron et redonnez un bouillon. Mettez en pots aussitôt.

Le purin de feuilles de sureau noir est utile en jardinage biologique pour combattre mildiou et pucerons. Ce purin aurait également le pouvoir de repousser les rongeurs (souris, mulots et campagnols).

Fabrication du purin de feuilles de sureau noir

Laisser macérer 1 kg de feuilles pendant quelques jours dans 10 l d’eau ; filtrer le purin pour le pulvériser.

L’espèce voisine, le Sureau rouge ou Sureau à grappe (Sambucus racemosa) est assez commune dans le nord, le nord-est de la France et dans les montagnes, mais absente en région méditerranéenne et dans l’Ouest. Elle pousse de 100 m à 2000 m d’altitude.

Conclusion : Semez à partir de baies ou bouturez un sureau dans votre « jardin de nature » pour y accueillir insectes, oiseaux et mammifères et profitez de ses qualités.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le sureau noir bio antioxydant naturel puissant, le prince des décombres est comme l’ortie bio, on le trouve à proximité des habitations des hommes mais c’est un bien noble arbuste…

Le nom latin du sureau noir est Sambucus nigra, sambucus vient du grec sambuca qui était une petite flûte que les bergers taillaient dans la branche creuse du sureau noir.

En effet, les branches de sureau contiennent une moëlle tendre et blanche qu’on peut facilement extraire pour transformer la branche en tube.

Le sureau noir est un arbuste vraiment très résistant, on l’arrache parfois dans les cours de ferme où il peut avoir mauvaise réputation (Judas se serait pendu à cet arbre…
N’y touchez pas c’est du poison me disait on quand j’étais enfant !).

Fleur de sureau noir antioxydant naturel puissant

Fleur de sureau noir antioxydant naturel puissant

Même en ne laissant qu’un petit morceau de racine entre 2 pierres, il repousse l’année d’après !

On trouve des spécimens de cet arbuste d’un âge valeureux pouvant atteindre plusieurs centaines d’années.

On appelle aussi le sureau noir : seü, saoü, seur, seuillet, sogon, suin, haulbois, sambuc.
Le sureau noir permet de nombreuses utilisations : les graines servent à faire de la confiture, ou à colorer les aliments ou les boissons.

La partie la plus intéressante est sans doute la fleur de sureau qui s’épanouit en ombelle au printemps, de mai à juin suivant les régions et les climats. On en fait du sirop, du vin de fleur de sureau, on en parfume le lait ou le vinaigre, on la fait sècher pour la consommer en tisane.
Le sureau noir a de nombreuses vertus thérapeutiques, sudatif, laxatif, anti grippe… Est-il toxique ?

luxe campagne

On fait néanmoins du vin avec les baies qui mûrissent au début de l’automne, et de l’encre pour le dessin ou pour des usages alimentaires (pour marquer la viande dans les abattoirs…).

Les baies de sureau noir sont riches en protéines, et les passereaux s’en nourrissent pendant leur migration vers les pays chauds.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Aimé pour ses fruits et ses nombreuses vertus thérapeutiques, dédaigné pour l’odeur nauséabonde qu’exhalent ses feuilles lorsqu’on les écrase, le sureau noir bio antioxydant naturel puissant a une place à part dans le cœur des hommes. Ce petit arbre a également un rôle important pour la faune à qui il offre de nombreux avantages…

Fiche d’identité

• Famille : Caprifoliacées
• Origine : Europe.
• Habitat : forêts de feuillus, mais aussi décombres où les oiseaux déposent les graines de sureau.
• Taille : petit arbre de 2 à 7 m.
• Feuilles : opposées, avec 5 folioles ovales, dentées, pétiolées de 5 à 10 cm de long.
• Fleurs : petites et blanches, regroupées en ombrelles.
• Fruits : baies noires, appréciées des oiseaux… et des hommes

Ce petit arbre, qui atteint généralement les 2 mètres, mais peut aller jusqu’à 10 mètres et vivre plus de 100 ans, est de la famille des Caprifoliacées (au même titre que le chèvrefeuille par exemple). C’est une espèce dite héliophile, entendez qui a besoin de soleil ou de demi-ombre pour vivre, vous n’en trouverez donc pas au cœur de la forêt mais plus facilement en lisière de bois, et communément dans les haies et sur les berges des cours d’eau.
Pour le reconnaître, rien de plus simple, vous y parviendrez même, et surtout, les yeux fermés… en effet, si vous frottez les feuilles dans vos mains, elles dégagent un parfum âcre et désagréable. Autre particularité de cet arbre, ces branches sont creuses, ce qui en fait un refuge de prédilection pour de nombreux insectes. C’est à cette particularité également qu’il doit son nom venu du grec sambûke, la flûte : son bois tendre et déjà creux étant idéal pour confectionner le dit instrument.

Le sureau fruit antioxydant naturel puissant

Le sureau fruit antioxydant naturel puissant

Généreux et prolixe, entre juin et juillet, le sureau noir donne naissance à de petites fleurs blanches très parfumées et à des fruits ayant l’apparence de baies noires et arrivant à maturité fin août.

Le sureau en charmante compagnie

Avec autant d’arguments en poche, pas étonnant que le sureau noir soit parmi les arbres les plus “visités”. Son feuillage dense et les nombreuses fourches qu’offrent ses branches en font un lieu de choix pour les oiseaux nicheurs. Les abeilles sauvages et autres guêpes profitent aisément de ses rameaux creux… Bref, un véritable hôte de nos campagnes !
Les fleurs attirent, en outre, quantité de butineurs : abeilles, mouches, papillons… et les baies font le régal des fauvettes des jardins, des merles noirs, des grives, des rouges-gorges, des passereaux…

Le Sureau et l’homme

L’homme raffole également de cet arbre, et ce depuis des siècles. Les premières traces que l’on ait retrouvées de cette affection de l’homme pour le sureau remontent à l’âge de pierre ! Si, bien évidemment, la valeur gustative de ses baies est pour beaucoup dans cette histoire, ses vertus médicinales ne sont pas en reste. Preuve en est avec les multiples surnoms dont on l’affuble et qui se passent de commentaires : le protecteur du foyer, l’arbre aux fées, le pharmacien de la maison, etc.
Dès l’Antiquité, ses vertus thérapeutiques furent louées par Hyppocrate, le célèbre médecin grec. Il faut reconnaître que cet arbuste a un large spectre d’utilisation et que ces propriétés thérapeutiques se trouvent aussi bien dans son écorce que dans ses feuilles, ses fleurs et ses baies.

L’écorce :
Attention, il ne s’agit pas ici de l’écorce grise très structurée, visible à première vue, mais de la seconde écorce verte. Cette dernière est très riche en nitrate de potasse, en tanin et en acide valérianique. Autant de substances qui donnent à cette écorce des propriétés diurétiques et laxatives. Utilisée en décoction, cette partie de l’arbre est conseillée, entre autres, contre la rétention d’urine, les rhumatismes, la goutte et les coliques néphrétiques.

Les feuilles :
Les feuilles fraîches sont très riches en acide cyanhydrique, ce qui, à forte dose, peut les rendre toxiques. Utilisées raisonnablement, elles offrent néanmoins une palette impressionnante de “services”. En cataplasme, elles apaisent les contusions et soulagent les maux de dents. Elles sont utilisées également en cas de brûlures. Seul inconvénient à leur décharge, les feuilles cuites dégagent une mauvaise odeur et sont amères. Un peu de miel dans la préparation permet néanmoins de passer outre. A noter enfin, qu’à peine récoltées sur l’arbre, les feuilles sont efficaces pour stopper les petites hémorragies nasales.
Les jardiniers retiendront que le purin de feuilles de sureau noir est également utile en jardinage biologique pour combattre mildiou et pucerons. Ce purin aurait également le pouvoir de repousser les rongeurs (souris, mulots et campagnols). Pour se faire, il suffit de laisser macérer 1 kg de feuilles pendant quelques jours, dans 10 l d’eau, et de le pulvériser dans son jardin.

Les fleurs :
Il y a deux manières de profiter des vertus de ces petites fleurs blanches et parfumées, soit en application externe, soit en les ingérant. Dans le premier cas, en décoction elles ont des propriétés émollientes, calmantes et adoucissantes pour la peau. En soin interne, les fleurs de sureau sont un parfait diaphorétique (elles favorisent la transpiration) et sont recommandées pour lutter efficacement contre les grippes, rhumes ou simple refroidissements.

Les baies :
Outre le fait que ces fruits soient appréciés en confiture, ils renferment nombre de substances actives : glucoside, tyrosine, nitrate de potassium, carotène, différents acides…
Le rob, entendez le concentré du jus des baies de sureau, est reconnu pour ses propriétés sudorifiques, idéal donc pour soigner grippe, bronchite et autres toux rebelles.

Si ces qualités en font un arbre apprécié, sa faculté de se disséminer, avec le concours des oiseaux qui répandent ses graines, fait qu’il est honni par les agriculteurs dans les régions d’agriculture intensive…

Le sureau en cuisine

Confitures, vins, beignets, gâteaux… le sureau a évidemment sa place en cuisine.
Si les baies fraîches sont comestibles, leur propriété vomitive fait qu’elles sont à consommer avec modération. Le mieux est donc de transformer les fruits dès leur récolte, en les faisant chauffer, car ils ne se conservent que 48 heures environ. On les retrouve ensuite dans la composition de nombre de boissons, vins, limonades, sirops, etc..
A noter également, que le jus de sureau noir est un excellent colorant alimentaire et il sert également à fabriquer les encres alimentaires entrant dans la composition des estampilles utilisées pour identifier les quartiers de viandes en boucherie.

Les fleurs sont, elles, très prisées pour les desserts et ont reçu le titre de “vanille du pauvre” ! Elles se récoltent entre mai et juin et peuvent s’utiliser fraîches le jour même, ou se conserver plusieurs mois une fois séchées.

Sureau et légendes

Connu depuis des siècles pour ses vertus médicinales, le sureau a tôt fait de hanter l’imaginaire des hommes. Pour terminer ce dossier, je vous propose un tour d’horizon sur les légendes et histoires autour du sureau noir.

Dans les traditions celtiques :
Le sureau est l’arbre des morts. En effet, les druides confectionnaient avec son bois les flûtes leur servant à converser avec les âmes des disparus.
Dans la Chrétienté
C’est à la branche d’un sureau noir que s’est pendu Judas, depuis ces baies sont petites et flétries par la honte.
Dans la mythologie nordique :
Le sureau est consacré au dieu du tonnerre Thunar
Avec les fées :
Une légende veut que chaque fleur de sureau soit en fait une fée venue se réfugier entre les pétales.
Tradition campagnarde :
Il porte bonheur
Croyances populaires :
Dormir sous le feuillage d’un sureau donne des rêves érotiques et charnels.
En Allemagne :
Nos voisins d’outre Rhin lui attribuent le pouvoir de mettre fin à la stérilité d’un homme ou d’une femme.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le Grand Sureau ou Sureau noir bio antioxydant naturel puissant (Sambucus nigra) est un arbuste caducifolié à croissance rapide. Il est présent en Europe, en Asie de l’Ouest et en Afrique du Nord, mis à part les régions montagneuses.

L’espèce est aussi appelé « arbre de Judas » car c’est à la branche d’un sureau noir que se serait pendu Judas Iscariote (d’autres sources parlent d’« arbre de Judée » qui est une espèce différente). Il tire son nom du grec sambûke (flûte).

Description

Cet arbuste, à branches souvent courbées, peut mesurer de 1 à 10 mètres1. Son écorce est vert-grise fissurée.
Ses feuilles caduques, opposées et imparipennées sont composées de 5 à 7 folioles, régulièrement dentelées, un peu plus velues sur les nervures. Les feuilles, parmi les premières à sortir au printemps, sont recherchées par de nombreux insectes, notamment les papillons nocturnes (Sphinx du troène,Eupithécie à trois points, Phalène du Sureau) dont les chenilles se nourrissent parfois exclusivement. Sa floraison printanière est à l’origine de dictons du 6 mars : « À la Sainte-Colette, on voit à vue d’œil au sureau pousser la feuille » ou « À la Sainte Colette, le sureau s’effeuillette ».
Les fleurs hermaphrodites apparaissant en début d’été, sont parfumées, tandis que les feuilles ont une odeur déplaisante lorsqu’on les froisse. Les fleurs, hermaphrodites, comportent 5 étamines et 5 pétales de couleur blanc crème. Elles sont disposées en corymbes plans, de 100 à 240 mm de diamètre et apparaissent après les feuilles.
Les fruits sont de petites baies noires violacées de 6-8 mm disposés en grappes, composées de trois graines et à chair molle.
Le sureau noir se multiplie facilement par semis (si les graines subissent une stratification) et par bouturage (à l’automne en utilisant une tige de 20 cm de l’année ayant commencé à se transformer en bois et comprenant une partie de la branche de l’année précédente).

Risque de confusion

Sureau hièble et sureau noir sont deux plantes des campagnes européennes qui se ressemblent fortement. Le sureau hièble se différencie du sureau noir par le fait que :
Le sureau yièble est une vivace herbacée qui disparaît en hiver, le sureau noir est un arbuste ligneux.
la floraison de l’hièble est plus tardive, de juillet à août, alors que le sureau noir fleurit en mai juin.
le sureau hièble tourne ses fruits vers le haut alors que le sureau noir les tourne vers le sol.
le sureau hièble ne dépasse pas 1,80 m de hauteur.

Sambucus nigra sureau noir bio

Sambucus nigra sureau noir bio

Distribution

Arbuste répandu des bois clairs, haies, terrains vagues, dunes littorales, abord des habitations. Souvent planté.

Historique

Le nom latin Sambucus fait allusion aux flûtes (sambuca) que les pâtres grecs taillaient dans le bois tendre du sureau dont les rameaux sont creux. Un médecin grec du iie siècle de notre ère, Galien, recommandait le sureau contre les catarrhes et les excès de mucus. Quelques siècles plus tôt, Pline l’Ancien lui attribuait déjà ces propriétés.
Le sureau noir a été une plante médicinale populaire dès l’Antiquité. Il est intégré à la pharmacopée de la médecine ayurvédique (Inde) et faisait aussi partie de l’arsenal thérapeutique des Amérindiens d’Amérique du Nord qui attribuaient les mêmes propriétés au sureau blanc (Sambucus canadensis) dont la composition est semblable à celle de son cousin européen.
Dans la tradition celtique, le sureau (« ruis ») est l’arbre associé à la mort. Les druides confectionnaient avec son bois les flûtes leur servant à converser avec les âmes des disparus ou protéger des sortilèges.

Usages médicinaux

Les feuilles fraîches sont très riches en acide cyanhydrique, elles peuvent être utilisées en cataplasme.
Les fleurs contiennent des anthocyanes, des flavonoïdes (antioxydants puissants), du mucilage, des tanins et une petite quantité d’huile essentielle très aromatique. Les fruits contiennent les mêmes flavonoïdes, des vitamines A, B et C.
En 1986, la Commission E, un organisme gouvernemental allemand, approuvait l’usage médicinal des fleurs de sureau pour le traitement du rhume. En 1999, l’organisation mondiale de la santé a reconnu les usages traditionnels des fleurs de sureau comme diaphorétique (qui provoque la sudation) et expectorant.
Publiés en 1995, les résultats d’un essai clinique à double insu avec placebo mené dans un kibboutz israélien au cours d’une épidémie de grippe ont démontré qu’un extrait de baies de sureau (Sambucol®) était nettement supérieur au placebo pour le soulagement des symptômes de la grippe. Au bout de deux jours, 93,3 % des sujets traités au sureau voyaient déjà un soulagement significatif de leurs symptômes, tandis qu’il a fallu attendre six jours pour que 91,7 % des personnes du groupe placebo montrent une amélioration similaire.
Grossesse. Les résultats d’une étude de pharmacovigilance datant de 2002 et ayant porté sur 762 femmes enceintes qui avaient pris durant leur grossesse une préparation renfermant, entre autres plantes, des fleurs de sureau (Sinupret®) n’ont pas révélé d’effet tératogène ou embryotoxique.

Autres usages

Les fleurs se cuisent en beignets.
Les boutons conservés dans le vinaigre peuvent accommoder des salades.
Les baies parfument les gâteaux aux pommes et sont consommés en jus, en gelée et en confiture.
On en fait aussi un excellent vin.
Le sirop de fleurs de sureau, fait à base de fleurs macérées et de sucre, est une boisson populaire notamment dans les pays scandinaves. Des sirops de ce type sont même commercialisés en Grande-Bretagne et en Allemagne. Attention toutefois d’enlever les pédoncules des fleurs avant de les utiliser, car ils sont toxiques Le rob (concentré du jus des baies de sureau) est reconnu pour ses propriétés diaphorétiques, idéal donc pour soigner grippe, bronchite et autres toux rebelles.
Les fruits sont utilisées comme colorant naturel, notamment pour les boissons et aliments.
Au jardin, les feuilles de sureau accélèrent la décomposition du compost. le purin de feuilles de sureau noir est également utile en jardinage biologique pour combattre mildiou et pucerons. Ce purin aurait également le pouvoir de repousser les rongeurs (souris, mulots et campagnols). Pour ce faire, il suffit de laisser macérer 1 kg de feuilles pendant quelques jours, dans 10 L d’eau, et de le pulvériser dans son jardin.

Toxicité

Ses baies cuites sont comestibles, mais toutes les autres parties de la plantes contiennent de l’oxalate de calcium et sont donc toxiques. Le fruit non mature contient également un alcaloïde toxique. Les baies crues consommées en forte quantité peuvent provoquer nausée et vomissements chez l’homme. On doit interdire aux enfants de manger les baies. La cuisson détruit la toxine.
Le sureau noir contient de la sambunigrine et de la vicianine, deux glycosides cyanogénétiques. L’acide cyanhydrique est libéré par des enzymes végétales dans l’organisme des animaux, après l’ingestion.

Parasites

Le champignon appelé « Oreille de Judas » est souvent trouvé sur le sureau noir.
Le puceron noir du sureau, Aphis sambuci, spécifique du sureau, n’ira pas sur d’autres arbres. Il effectue tout son cycle sur le sureau, hivernant sur les racines, sous forme d’œuf d’hiver. Au printemps, les adultes forment des manchons noirs sur les jeunes pousses. Ils sont souvent accompagnés de fourmis qui viennent profiter de leur miellat, leur assurant une protection en retour. Les adultes accumulent la sambunigrine contenue dans les stades jeunes des tiges, des feuilles et des fleurs, et qui les protègent naturellement de certains prédateurs comme la coccinelle à sept points – mais pas de tous : ainsi la coccinelle à deux points, Coccinella bipunctata, est indifférente à cette toxine.
Le bétail et les lapins délaissent l’arbre mais le blaireau européen semble l’apprécier. Le sureau noir est également un régal pour plus de 60 espèces d’oiseaux.